IRM

IRM est un acronyme qui signifie Imagerie par Résonnance Magnétique.

Cet appareil permet de faire des images « en coupe » très précises d’un organe ou d’une région du corps humain sur la totalité du corps, sans utiliser de rayons X.
L’appareil utilise un champ magnétique puissant produit par un gros aimant et des ondes de radiofréquence.

L'IRM est principalement dédiée à l’exploration du système nerveux (cerveau, moelle épinière, nerfs), du cœur, du foie, des organes pelviens (utérus ovaire prostate), des muscles et de articulations. Elle également très utile en oncologie dans le bilan et le suivi des tumeurs.

Grâce à la répétition de différentes séquences durant de 1 à 3 minutes, on peut observer les tissus mous avec des contrastes plus élevés qu'avec la tomodensitométrie ; en revanche, l'IRM  n’est pas performante pour l’étude des poumons et de la minéralisation de l’os.

Les examens d’IRM sont réalisées par les manipulateurs en radiologie.

Le manipulateur en imagerie médicale est un professionnel de santé qui travaille sur prescription médicale du médecin radiologue, en fonction de votre état de santé et de la demande d’examen de d’imagerie de votre médecin. Le manipulateur répond aux besoins du patient par des soins relationnels (accueil, explications et informations, recueil de consentement, écoute, surveillance), et des soins techniques (manipulation et déclenchement des appareils d’imagerie, injection de produits médicamenteux, retraitement et transmission des images au radiologue).

Le médecin radiologue lit et interprète vos clichés sur une console spécifique, retravaille les images, réalise des mesures et des comparaisons, parfois assisté par des logiciels puissants d’aide au diagnostic avec de l’intelligence artificielle. Il vous fournit un compte rendu médical écrit qui accompagne vos images pertinentes et le CD ROM qui comportent l’ensemble des images de l’examen. Les résultats sont habituellement disponibles sous 48h ouvrées, mais à votre demande, vous pouvez rencontrer le médecin radiologue pour un commentaire oral ou attendre vos résultats définitifs, généralement disponibles en 60 minutes.

 

Ce que vous devez faire :

Informations à transmettre à votre radiologue :

D’une manière générale, n’hésitez pas à informer votre radiologue de votre état de santé et lui fournir tout renseignement médical important à communiquer, vos antécédents médicaux, vos opérations chirurgicales récentes,  vos allergies éventuelles, et si vous êtes enceinte ou susceptible de l’être. Nous demanderons notamment : Avez-vous été opéré récemment ? Avez-vous une pile cardiaque (pacemaker) ? Avez-vous été opéré du cœur pour une valve cardiaque ? Avez-vous un stent récent ? Avez-vous subi une opération du cerveau ou de l’oeil ? Avez-vous pu recevoir des projectiles métalliques (éclats métalliques, balles, éclats d'obus...), même il y a longtemps, notamment près des yeux ? Avez-vous travaillé sur des métaux ? Avez-vous un appareillage ou une prothèse quelconque ? Avez-vous la crainte de prendre un ascenseur ? Etes-vous enceinte ou susceptible de l’être ? Allaitez-vous ?

 

Pensez à apporter le jour de l'examen :

  • La demande d’examen d’imagerie de votre médecin (ordonnance, lettre, …) ;
  • La liste écrite des médicaments que vous prenez ;
  • Le dossier d’imagerie médicale en votre possession (radiographies, échographies, scanners, IRM) ;
  • Tous vos résultats d’analyses biologiques ;
  • Votre carte d’assuré social et de mutuelle ainsi que votre pièce d’identité.

 

Le déroulement de l'examen :

À votre arrivée, on vous posera, comme lors de la prise du rendez-vous, plusieurs questions ; le plus important est de nous signaler si vous un avez pacemaker (pile cardiaque), un défibrillateur implantable, un neurostimulateur ou une pompe à insuline, une valve cardiaque, ou tout élément contenant du fer près des yeux ou dans la tête (éclats métalliques).

Pour permettre d’obtenir des images de bonne qualité, on vous indiquera les vêtements que vous devrez enlever. Vous ne garderez aucun bouton, agrafe, barrette de cheveux ou fermeture éclair métallique.

Vous laisserez au vestiaire dans un casier fermé à clé vos bijoux, montre, clefs, porte-monnaie, cartes à bande magnétique (carte de crédit, de transport...) et votre téléphone portable.

Vous entrez dans une salle qui est fermée pendant l'examen. Vous êtes allongé sur un lit qui se déplace dans une sorte de tunnel ouvert aux deux extrémités, large et ventilé

Nous communiquons ensemble grâce à un micro. Dans tous les cas, l’équipe se trouve tout près de vous, derrière une vitre. Elle vous voit et vous entend, pendant tout l’examen. Si vous voulez nous appeler, vous pouvez utiliser une sonnette que l'on placera dans votre main. Si cela est nécessaire, on peut à tout moment intervenir ou mettre en pause l'examen.

Vous restez en moyenne 15 à 30 minutes dans la salle d’examen. Votre coopération est importante : vous devez essayer de rester parfaitement immobile ; dans certains cas, nous vous demanderons, à l’aide du micro, d’arrêter de respirer pour quelques secondes.

Pendant que la machine produit des images, vous entendrez un bruit répétitif, comme celui d'un marteau piqueur ou d’un moteur de bateau, pendant ce qu'on appelle une séquence. Des protections auditives vous serons fournies.

Certains examens nécessitent, selon les cas, une injection intraveineuse de produit de contraste au Gadolinium, le plus souvent par un petit cathéter au pli du coude.

Ces produits sont des médicaments qui permettent une meilleure visibilité des vaisseaux et organes

Le type de produits et sa modalité d’administration seront adaptés à votre cas par le médecin radiologue. Ce choix dépendra notamment des informations sur votre état de santé que vous aurez donné avant l’examen.

Vous ne ressentirez aucune douleur dans l’immense majorité des cas. Cependant, en cas d’injection intraveineuse, il n’est pas rare de ressentir une sensation de chaleur diffuse au moment de l’injection, ou encore un goût métallique dans la bouche.

Les modalités de récupération de vos résultats vous sera précisé le jour de votre examen.

 

Y a-t-il des risques liés à l’injection ?

L’injection est un acte très courant, habituellement très bien toléré. Cependant, comme avec les autres médicaments, des réactions peuvent survenir :

La piqûre peut provoquer la formation d’un petit hématome sans gravité, qui se résorbera spontanément en quelques jours.

L’injection de produit de contraste gadoliné peut entraîner une réaction d’intolérance. Ces réactions imprévisibles sont plus fréquentes chez les patients ayant déjà eu une injection mal tolérée d’un de ces produits ou ayant des antécédents allergiques. Elles sont exceptionnelles, généralement transitoires et sans gravité.  Elles peuvent être plus sévères avec des troubles cardio-respiratoires et nécessiter un traitement. Ces complications sont rarissimes.

De très rares accidents rénaux sont également possibles, notamment chez certains sujets atteints de maladies rénale (insuffisance rénale chronique, diabète avec insuffisance rénale, myélome, etc). Des précautions particulières sont prises en cas de facteurs de risques particuliers, qui seront identifiés au moment du dialogue entre l’équipe et vous. Dans tous les cas, si vous pensez avoir un facteur de risque, vous devez le signaler au moment de la prise de rendez-vous.

 

Nos radiologues sont chacun spécialisés sur certains types d’organes et de pathologies. Nous réalisons notamment :

  • IRM du rachis et du bassin
  • IRM des articulations, notamment genou hanche pied poignet épaule
  • IRM cérébrale et médullaire
  • IRM cardiaque
  • IRM du foie, bili IRM, IRM du pancréas
  • IRM pelvienne
  • IRM de prostate
  • IRM rénale ou des surrénales
  • Angio-RM
  • Entéro-IRM
  • IRM ORL, IRM des rochers, des oreilles internes, des sinus, des ATM