Octobre Rose 2020

Du 01/10/2020 au 31/10/2020

Octobre est le mois de mobilisation national pour le Dépistage Organisé du Cancer du Sein !

Le cancer du sein est première cause de décès par cancer chez la femme néanmoins, détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans 9 cas sur 10.

Plusieurs facteurs de risque jouant un rôle dans le développement d’un cancer du sein ont été identifiés :

  • facteurs hormonaux et reproductifs,
  • antécédents familiaux ou personnels,
  • facteurs de risque liés aux modes de vie ou à l’environnement.

Plusieurs actions peuvent être mises en place afin de favoriser une détection précoce de ce cancer :

  • la consultation d’un médecin en cas de changements au niveau des seins : apparition d’une boule, d’une grosseur dans le sein ou sous un bras (aisselle) ; modification de la peau (rétraction, rougeur, œdème ou aspect de peau d’orange) ; modification du mamelon ou de l’aréole - zone qui entoure le mamelon - (rétraction, changement de coloration, suintement ou écoulement) ; changements de forme des seins. Ces signes ne signifient pas nécessairement la présence d'un cancer mais doivent être signalés au médecin.
  • un examen clinique des seins (palpation), recommandé tous les ans dès l’âge de 25 ans. Cet examen rapide et indolore permet de détecter une éventuelle anomalie. Il peut être réalisé par un généraliste, un gynécologue ou une sage-femme.
  • une mammographie de dépistage (examen radiologique) associée à un examen clinique des seins, proposée tous les deux ans aux femmes de 50 à 74 ans en l’absence de symptôme apparent ou de facteur de risque. Une échographie complémentaire peut être proposée si nécessaire. Dans le cadre du programme de dépistage organisé, mis en place depuis 2004 pour les femmes de 50 à 74 ans, les mammographies jugées normales font l'objet d'une seconde lecture systématique, par sécurité, assurée par un autre radiologue expert.
  • des modalités de suivi spécifiques, en fonction de leur niveau de risque, pour les femmes présentant des antécédents médicaux personnels ou familiaux, ou certaines prédispositions génétiques.

Avec un service d’imagerie exclusivement dédié à la femme (service de sénologie) et plus de 25% de son activité en oncologie, l’Hôpital Européen est un acteur majeur de la prise en charge du cancer du sein chez la femme.

C’est ainsi que depuis plusieurs années l’Hôpital Européen se mobilise pour promouvoir auprès des patients, du personnel soignant et des médecins le rôle primordial du dépistage précoce, informer sur le cancer du sein et les dispositifs de prise en charge proposés par l’établissement. 

RECOMMANDATIONS COMPLEMENTAIRES 

  • La pratique d’une Activité Physique (AP) permet une réduction d’environ 30% du niveau de fatigue (comparativement à l’absence d’AP) quel que soit le stade (localisé ou métastatique) (Duijts, 2011).
  • L’activité physique pratiquée après cancer localisé du sein est statistiquement associée à un bénéfice en survie et une diminution du risque de décès de 50% (Holmes, 2005; Pierce 2007; Holick, 2008; Irwin, 2011; Ibrahim 2011).
  • Avoir une alimentation équilibrée (plus de 5 fruits et légumes par jour), couplée à une activité physique d’au moins 30 minutes de marche soutenue par jour (6 jours par semaine), réduit de près de 50% les risques de rechute du cancer du sein (Etude Whel - Pierce JCO, 2007).
  • L‘activité physique pratiquée après un cancer localisé du colon est statistiquement associée à un bénéfice en survie mais pour une activité physique plus intense que pour le cancer du sein (Meyerhardt, 2006; Haydon, 2006; Meyerhardt, 2009).
  • L’étude exposée par Christine FRIEDENREICH a prouvé l’effet bénéfique de la pratique d’activité physique pour les personnes qui ont suivi des soins de type oncologique. Elle préconise la pratique d’une activité physique d’intensité modérée à intense : ce qui correspond à trois séances hebdomadaires de 50 minutes, maintenant la fréquence cardiaque entre 65 et 85 % de la fréquence cardiaque maximale.
  • L’OMS recommande au moins 30 min d’activité physique modérée 5j par semaine pour réduire d’environ 25% le risque de développer un cancer du sein et du colon (février 2011).

Pour ne rien manquer de nos actualités, suivez-nous sur :

FacebookFacebook

TwitterTwitter

LinkedinLinkedin

 

Jeudi, 1 Octobre, 2020 - Samedi, 31 Octobre, 2020