Comment s’organise le contact tracing à l’Hôpital Européen

Le 30/06/2020

La stratégie de déconfinement annoncée par le gouvernement s’appuie sur un dispositif visant à casser les chaînes de contamination grâce à :

  • L’identification, le suivi et l’isolement des personnes malades et contagieuses,
  • Le recensement pour chacun de ces patients de l’ensemble des personnes avec qui ils ont été en contact rapproché depuis les 2 jours précédant l’apparition des symptômes, afin qu’elles soient immédiatement invitées à se faire tester et qu’elles observent une période d’isolement.

La mise en place de ces mesures constitue un enjeu crucial pour limiter les risques de propagation du SARS-COV-2, les établissements de santé et les médecins de ville sont les premiers maillons de la recherches des contacts.

Quelle est l’organisation en place à l’Hôpital Européen ?

Un circuit de traçabilité de l’activité COVID-19 au sein de l’HE est mis en place depuis le début de la crise sanitaire. Cette base de données recense tous les patients testés, hospitalisés ou non, avec suivi médical systématique en téléconsultation.

Ce travail de fourmi permet d’optimiser les circuits de chirurgie et d’endoscopie en assurant la traçabilité des résultats de PCR permettant de confirmer le statut du patient et identifier s’il relève du circuit COVID ou NON COVID. La base de données enrichie chaque jour permet de renseigner notre rapport épidémiologique, consultable à tout moment sur notre intranet.  Ce dispositif est orchestré par une équipe pluridisciplinaire composée d’un médecin référent, d’une IDE coordonnatrice, de personnels infirmiers et d’une secrétaire. Sont également impliqués les médecins prenant en charge les patients COVID possibles ou confirmés et le personnel infirmiers de l’unité COVID.

Le contact tracing après déconfinement

Les médecins et le personnel infirmier qui prennent en charge des patients COVID confirmés doivent s’engager dans la recherche des contacts dits rapprochés. Les informations du patient et de ses contacts sont transférés par messagerie sécurisée à la CPAM, dans les 24h qui suivent les résultats positifs du patient, selon les recommandations de l’ARS. Dès réception de ces éléments, la CPAM décide la conduite à tenir et déclenche un suivi personnalisé, complète l’enquête épidémiologique et déclenche les dispositifs d’assistance si nécessaire.

Le consentement du patient

Le patient est libre de décider s’il souhaite partager l’information sur les personnels auxquelles il a pu éventuellement transmettre le virus. S’il le fait, il pourra décider, au cas par cas, à qui il accepte que son nom soit communiqué.

Mardi, 30 Juin, 2020